Camille Rowe, une française au top - L'Officiel
Woman

Camille Rowe, une française au top

Pour incarner notre premier numéro, il nous fallait une personnalité à l’image de l’île: solaire, irrésistible, unique. Camille Rowe-Pourcheresse, mannequin frenchie qui a conquis les États-Unis, est tout cela à la fois. Et même un peu plus… Portrait d’une beauté incandescente qui fait briller.
Reading time 6 minutes

Photographie  MATTHEW FROST & EDOUARD PLONGEON

Stylisme  JENNIFER EYMÈRE

 

De nos jours plus que jamais, être français c’est s’exposer à diviser. Romantiques pour certains, prétentieux pour d’autres ; éclairés selon l’Histoire, arrogants si l’on en croit les haters… Le french bashing est en ce début de siècle une gymnastique plutôt en vogue. Pourtant, sans forcément s’en rendre compte, une enfant de l’Hexagone réussit l’exploit de faire l’unanimité autour d’elle, que ce soit professionnellement ou simplement auprès des yeux qui ont eu la chance de croiser son regard tran- chant. C’est sûrement cela que l’on appelle “l’exception française”. Mannequin ultra-courtisée et pourtant libre comme un vent fou, belle comme un dessin des dieux mais diablement naturelle, pile de vie cependant si réservée lorsqu’il s’agit de parler d’elle, Camille Rowe-Pourcheresse a conquis les cœurs parce qu’elle ne ressemble à aucune autre. Mais en quoi la première égérie de L’Officiel Saint- Barth est-elle si unique? Explication de ce qui, nous aussi, nous a fait fondre chez “CRP”.

“Je pense sérieusement que ça a marché pour moi car je suis une fille gentille.”

 

 

Pas besoin de creuser bien longtemps pour comprendre ce qui différencie la jeune femme de 25 ans du monde qui l’entoure. Élevée dans les jolies sphères parisiennes, elle est le fruit de l’amour d’une ancienne danseuse américaine du Lido et d’un Français  Propriétaire de restaurants. Deux belles gueules, aventuriers dans l’âme, qui se sont mariés “sans se comprendre, puisqu’ils ne par- laient pas la langue de l’autre”, confie émue leur joyau. Comment voulez-vous alors qu’elle suive les chemins déjà tracés ? C’est ainsi que, contrairement aux mannequins castées à 14 ans, après une enfance rêvée de flashs, le succès de Camille s’est joué par un coup du hasard, et le regard chanceux d’un bookeur qui la remarque, alors qu’elle est déjà presque une femme, à la terrasse d’un café du Marais.

Démarrée peut-être plus tard qu’à l’accoutumée, la montée des marches de la gloire de Camille n’en sera que plus rapide. Une publicité Amor Amor avec Jean-Baptiste Mondino, une premier shooting avec Bruce Weber, puis Nan Goldin et Terry Richard- son, une apparition dans un clip de The Strokes, des campagnes Zadig & Voltaire, Ralph Lauren et Chloé, un baiser échangé avec Robert Pattinson dans la publicité du parfum Dior Homme, une signature pour rejoindre les anges de Victoria’s Secret, et voilà la machine mondialement lancée. Embarrassée quand il s’agit de parler d’elle, Camille suppose à voix étouffée les raisons de son succès : “Je pense sérieusement que ça a marché pour moi car je suis une fille gentille.”

"Alors que je suis bilingue, lorsque je suis arrivée à New York, je forçais mon accent français au maximum pendant les castings"


Si sa bonne humeur et sa politesse, lorsqu’il s’agit de prendre la pose, sont incontestables, il existe bien d’autres raisons à ce que le monde entier nous envie Camille Rowe-Pourcheresse. Et toutes ont un point en commun: elles se dessinent comme un contre- pied à la normalité et aux idées reçues. La première n’a pas besoin de mots pour s’expliquer. Il suffit d’ouvrir les yeux devant son 1,71m et de réussir à les maintenir ainsi sans qu’ils ne vous brûlent. Oui, Camille est une bombe, à la poitrine qui mérite son nom, au visage aussi fondant qu’un dessert et aux jambes de femme. Bien entendu, la charmante note frenchie a également aidé notre cover-girl. Elle avoue même, alors qu’elle est parfaitement bilingue, avoir forcé son accent français pendant ses premiers castings new-yorkais. D’ailleurs, si elle habite aujourd’hui toujours à New York, elle revendique à 100% son caractère “cocorico”. Le plus bel exemple ? “Je n’ai pas de brosse à cheveux !” s’étouffe-t-elle en riant.

Oui, Camille est une bombe, à la poitrine qui mérite son nom, au visage aussi fondant qu’un dessert et aux jambes de femme.

Cependant, malgré ces deux immenses qualités qui ont attiré sur elle la lumière, la principale raison qui fait de Camille la plus demandée des mannequins françaises ne se voit pas et ne peut se lire sur son passeport. Elle se cache au fond d’elle, et il faut la côtoyer quelques instants pour la comprendre. Malgré les paillettes des vêtements qu’elle affiche sur les pages des magazines, les prestigieux noms derrière les appareils photo qui la mitraillent, les yeux amoureux du monde de la mode et une vie à 1 000 à l’heure, Camille jouit d’une simplicité détonnante. Même si, comme notre série en atteste, elle se sent à l’aise à Saint-Barth quand elle sirote un cocktail au Cheval Blanc, se rafraîchit sous la douche de la plage du Taiwana, visite la galerie d’art de l’Eden Rock, ou profite de sa villa Fleur de Mer à Colombier, elle ne sera jamais plus heu- reuse qu’entourée de ses amis de longue date, se bidonnant (son compte Instagram en est la preuve) dans des bars underground de New York et Paris, ou surfant à quelques encablures de la Big Apple. Et dire qu’il faut aller dans les restaurants macrobiotiques et les meilleurs spa de NYC pour être sûr de croiser ses consœurs mannequins…

Articles associés

Recommandé pour vous