Pourquoi fuir la rentrée (et partir faire du voilier en Corse) - L'Officiel
Trips

Pourquoi fuir la rentrée (et partir faire du voilier en Corse)

La rentrée s’approche et personne n’a vraiment envie d’être là. Les souvenirs de l’été s’accumulent nostalgiquement sur instagram suivi de l’#souvenir (5 433 577 à ce jour) et d’un émoticone larmoyant. Alors que tout le monde (ou presque) s’enquiert de son shopping workwear, la Corsica Classic rassemble une armada de 200 marins et afficionados de la voile dans des paysages de rêve en Corse pour une épopée hors du temps. 5 raisons de sécher la rentrée et de prendre un aller (simple) pour l’ile de beauté.
Reading time 4 minutes

1- Des propriétaires légendaires

De Humphrey Bogart et son épouse Lauren Bacall ou Zsa Zsa Gabor qui ont navigué à bord de Serenade, un voilier de 1938, en passant par JFK qui aimait déconnecter sur Manitou (1937) ou encore Pierre Cointreau qui a installé une cave pour ses liqueurs précieuses sur Oiseau de Feu –sans compter Hygie, immortalisé sur une toile du peintre Marin Marie en 1931 vendue récemment chez Drouot pour plus de 200 000 €, un record pour cet artiste, les passagers comme les propriétaires de ces voiliers en bois entre 56 et 97 ans ont un pedigree hors norme.

 

2- Les plus belles plages

De la plage du Lido à Propriano en passant par celle de Murtoli, de Palombaggia en passant par Sperone et Piantarella, la régate passe ou s’arrête pour une halte sophistiquée sur les plus belles plages de Corse chaque année à la fin de l’été…

 

3- Des icônes de la voile

Bertrand de Broc, le célèbre navigateur en solitaire entraîné aux Route du Rhum et autres Vendée-Globe profite d’une escapade estivale avec son bateau de course, Pampero pour participer à la régate, tout comme l’aventurier Philippe Monnet, pilote du Paris-Dakar et skipper de Lys, promettent un casting testostéroné au possible.

 

4- Une classe internationale

Ils viennent de Monaco, de Suisse, d’Italie, de Suède ou d’Angleterre et se rassemblent chaque année pour ce tour de Corse à la voile qui n’a rien d’une course contre la montre : Elle prendra 15 jours, d’Ajaccio à Saint-Florent en passant par Bonifacio et Bastia, cette flotte très sport (entre 3 et 6h de course par jour) et très style (Sebago est le sponsor officiel) qui se permet des pauses tout aussi luxueuses que ses bateaux. Chaque jour, une nouvelle régate, mais aussi un nouveau port, un nouveau décor : Sous l’égide du prestigieux Yacht Club de France, c’est une étape essentielle pour tout régatier classique qui se respecte avant la Monaco Classic Week (du 13 au 17 septembre) et les Voiles de Saint-Tropez (30 septembre-8 octobre), qui clôturent la saison…

 

5- Des haltes gastronomiques

La Corsica Classic, ce n’est pas que du sport, c’est aussi des pauses gourmandes et subtiles pour se remettre d’aplomb avant de reprendre la mer : Au programme, dîner au Lido préparé par le chef étoilé Romuald Royer face à la plage, une soirée sur la plage du Domaine de Murtoli avec des spécialités corses, un petit-déjeuner organisé par la marque Suisse Beneganic et ses shots de vitamines ultra naturels, un dîner au restaurant de plage Sea Lounge à Palombaggia (qui a mis le feu cet été avec un set de Martin Solveig). Les glaces de Pierre Geronimi seront dégustées au fil de la semaine, tout comme les sirops Damiani pour un Spritz d’anthologie au Lido, de la Pietra ou encore l’eau plate d’Orezza (la rouge, pas la bleue), un collector impossible à trouver dans le commerce (excepté à Monaco et à la table de Sylvestre Wahid à Paris). La cérémonie de clôture sera concoctée par 3 étoiles montantes de la gastronomie corse, Romuald Royer, Yann Le Scavarec (La Roya à Saint-Florent) et Jerry Monmessin (Le Pirate à Erbalunga) au pied de la citadelle de Saint-Florent, surnommée le petit Saint-Tropez.

 

Y aller :

A partir de 59 €

www.aircorsica.com

 

Corsica Classic 28 août au 10 septembre

www.corsica-classic.com

Articles associés

Recommandé pour vous