Flower Power - L'Officiel
Jewelery

Flower Power

Le premier joaillier de la place Vendôme repousse les limites de son art en immortalisant, dans sa nouvelle collection de haute joaillerie, la beauté éphémere des fleurs grace à des procédés révolutionnaires et inédits. Un exploit joaillier sans précédent qui méritait bien un éclairage approfondi. 
Reading time 5 minutes

Boucheron, un nom magique pour les collectionneurs, un sésame pour les amoureux de Paris, un must pour les initiés et tout simplement une adresse privilégiée pour les parisiennes en quete de bijoux qui ont non seulement une ame, mais aussi un esprit, un je ne sais quoi d’inventivité qui ne se cultive que dans les maisons d’exception. Petit retour en arriere. Alors que la joaillerie disséminait ses trésors sur les grands boulevards, près de l’Opera ou de la Bourse, Frederic Boucheron fut le premier, en quittant les arcanes du Palais Royal à venir s’installer Place Vendome. Oui, si la place Vendome incarne aujourd’hui l’épicentre mondial de la haute joaillerie et la quintessence de l’exclusivité, c’est à Boucheron qu’on le doit. La boutique est lumineuse, nous sommes au 26. Un choix pertinent: aucun autre hotel particulier de la place ne bénéficie d’une telle exposition ni d’une telle allure avec ses hautes et majestueuses ouvertures, ornées de marbre vert marquées à l’or fin du nom de Boucheron, en lettres capitales. 

Mais la géographie ne fait pas tout: Frederic Boucheron, fils de drapier, a un temperament de révolutionnaire. Un révolutionnaire tendre, au service de l’émotion. Avec des pierres étourdissantes, choisies avec gout, avec un or ciselé avec maestria, il compose des parures enchanteresses, poétiques et majestueuses, mais ce n’est pas tout: il veille à consteller ses creations scintillantes d’inventions préfigurant le feminisme avant l’heure. C’est à lui que l’on doit par exemple le premier collier sans fermoir. C’est le mythique collier Point d’interrogation. Une extravagance qui libera la femme de plusieurs contraintes. Boucheron, on ne le répetera jamais assez, est le joaillier des femmes libres. 

/

Des pétales scannés un à un pour composer des fleurs éternelles

Cet été, Boucheron cultive l’esprit pionnier du fondateur de la maison en imprégnant d’immortalité des fleurs véritables dans sa nouvelle collection de haute joaillerie baptisée Nature Triomphante. Oui vous avez bien lu, des fleurs éternelles. Le joaillier, après plusieurs années de recherches, a developpé les techniques nécessaires à la metamorphose de petales organiques en ornement précieux. Neuf bagues-fleurs, neuf modèles uniques au Coeur desquelles la grace fragile des anémones, des pensées, des hortensias et des pivoines s’épanouit au contact du saphir Padparadscha, dugrenat Spessartite, de la tourmaline Indigolite ou des diamants Jonquille. 

Comment cet exploit a-t-il pu se développer ? Tout d’abord, une pétaliste (ne cherchez pas le mot dans le dictionnaire, il n’existe qu’une seule personne en France capable de prodiguer cette science) a travaillé longuement avec les ateliers maison pour capturer le fugace : les fleurs naturelles ont été scannées une à une pour capturer leurs volumes dans les plus infimes détails. Stabilisées sans pigment ni substance chimique, ces pétales ont ensuite été apposés sur ces volumes de fleurs en titane. Le résultat est éblouissant : on perçoit le soin infini des ateliers qui sous le regard de Claire Choisne, directrice artistique de la maison, ont scrupuleusement préserver la texture, la légéreté, le velouté et la délicatesse des fleurs.

/

Le réalisme au service de l’enchantement

Ces bagues confondantes de réalisme ne sont pas le seul exploit de la collection qui reserve d’autres motifs de stupéfaction et d’enchantement. Citons le collier Lierre Givré, nait du mariage inattendu entre le titane et le cacholong. Un branchage de lierre véritable dont les feuilles savamment disposées ont été intégralement numérisées une à une, s’est substitué au dessin. L’impression de réalisme est d’autant plus vive que le trembleur qui anime chacune des feuilles d’un léger mouvement évoque la sonorité du givre caressé par le vent. Citons également la Broche Fleur de Pluie en cristal de roche, pavée de diamants sur or blanc. La encore, grâce à la technique de la scanographie, la broche est fidèle au volume de la fleur et à l’ondulation asymétrique de ses pétales. Terminons enfin, ce florilège de coups de maître avec le collier nuage de fleurs, en or rose doublé de nacre et pavé de diamants, le tout serti d’une tourmaline rose coussin de 42,96 carats. Chaque pétale d’hortensia a été scanné puis déposé sur le collier. Même les imperfections naturelles liées à la nature même du végétal et les accidents originels des pétales avec la nacre sont restitués ce qui confère à l’ensemble un surcroit de vigueur poétique et d’intensité romanesque. Autant de prouesses techniques, totalement novatrices en joaillerie, d’autant plus remarquables que l’inventivité et l’audace qui les a présidées s’effacent totalement au service de l’émotion. 

/

Articles associés

Recommandé pour vous